Au terme de notre periple, pour cette année 2011.
 
Asilah un petit bijou de l'atlantique Marocain, à ne manquer sous aucun pretexte.
 
 Petite ville du nord du Maroc, d'environ 30000 habitants, située à une quarantaine de kilomètres de Tanger. Elle est avec ses remparts du xv siécle, son incomparable médina, ses maisons blanches aux volets verts et bleus, ses longues plages de sable une destination incontournable.
 
 Durant son festival culturel international  chaque été, tous les murs de la médina se recouvrent de dessins et peintures faits par des artistes de renommée.
 
DSC02757
 
DSC02685
 
DSC02707
 
DSC02705
 
DSC02716
 
DSC02724
 
DSC02726
DSC02737
 
DSC02742
 
DSC02754
 
DSC02756
 
DSC02768
 
DSC02782
DSC02787
DSC02792
DSC02814
 
    DSC00460
 
      Direction Tanger, fin de notre periple,demain en fin de journée, nous prendrons , aprés trois semaines de rêve éveillé, le bateau pour Barcelone.
 En espérant que notre voyage vous donnera l'envie de visiter, cet incomparable pays, qui est parmi les plus beaux et  les plus variés du monde.
 
 Que vous partiez à pied, en velo, en moto, en voiture,en mobylette en scooter ou en camping car..... L'important est de prendre votre  temps et d'étre itinérant !.... Oubliez les sejours tout compris une semaine à Marrakech ou Agadir , ce pays vaut mieux que cela !   Partez a sa découverte. Laissez vous envahir par ses multiples facettes, son charme sa beauté,  la force et la diversité de ses  paysages tous plus somptueux et grandioses, . Laissez vous envaihir par sa bauté à l'etat brut .  L'hospitalité et la générosité de ses habitants vous surprendront. Si vous voyagez en dehors des groupes, vous serez sans doute invité dans une famille marocaine. 
 Plus que de vous laissez des souvenir impérissables, ce pays vous transformera à jamais ! ..........
J'ai parcouru plus de quinze pays et il reste celui qui m'a le plus marqué celui ou j'ai inlassablement envie de retourner. Si vous ne deviez faire qu'un voyage dans votre vie, cela pourrait être celui ci.
 
 Attention!  l’attitude néo-colonialiste « j’arrive en conquérant » n’est pas la meilleure façon ni de communiquer ni de s’adapter bien au contraire. Il faut respecter, ecouter comprendre,partager, aimer, communiquer.
 Bien entendu ,il faut  rester prudent, mais pas plus qu'en France. En 10 séjours et environ 35 milles km. Je ne me suis jamais senti en insécurité. Evidemment, comme partout, il convient d'observer quelques règles de bon sens. Les Marocain sont des gens charmants, respectueux, accueillants. IL est vrais que j'évite de séjourner lontemps dans  les sites trop touristique !
Aussi la mandicité au Maroc est omniprésente les touristes peuvent eprouvér la sensation d'être poursuivi, agressé.  
Il faut comprendre que le maroc est un pays trés pauvre
un tiers de la population vit encore autour du seuil de pauvreté relative de 2 euros par jour, le SMIC est à peine au dessus de 200 euros par mois.
C'est pour quoi la mendicité, est malheureusement encore une nécessité dans la vie quotidienne.
Elle n'est pas réservée aux touristes.
L'aumône, est un des piliers del'Islam 
un devoir sacré. Cela veut dire qu'un mendiant qui demande à un marocain va assez facilement recevoir 1 ou 2 dirhams, ou au moins une bénédiction, si on ne veut pas donner. Quand l'européen, lui, passe sans rien dire, gêné. Ou donne, mais trop.
Vous n'êtes pas non plus obligés de donner à chaque mendiant. Mais dans
ce cas, faites comme les marocains, refusez gentiment toujours rester courtoit
souriant et compréhansif.

*Ne pas encourager la mendicité des enfants.

*Ne jamais donner directement à un enfant, toujours à
un adulte, ou mieux, à une association.

De même, l'homme qui se propose comme guide effectue un travail Il en attend une petite rémunération, quelques dirhams,même s'il vous a été totalement inutile. Mais si vous ne voulez pas qu'il vous guide,dites-le lui fermement en restant courtois tout de suite, et ne le laissez pas vous suivre. S'il insiste Le mot magique "Sir, sir" (Va-t-en) répété plusieurs fois devrait vous rendre votre tranquillité. Là il ne s'agit pas de mendicité au sens premier du terme, plutôt de "petits métiers".
 
Retour à l'accueil